Darth Ekath



Pegi
▬ Année ▬
An 1 ap. TC

▬ Mois Actuel ▬
Elona

 

 Darth Ekath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dame Noire des Sith
avatarCRÉDITS : 18

Fiche de personnage
CAPACITÉS:

ARMES:


Dame Noire des Sith

MessageSujet: Darth Ekath   Sam 11 Mar - 22:23
DARTH EKATH

Votre Avatar


Pseudonyme : Nuxcia
Votre Âge : 26 ans
Crédit de l'Avatar : Nuxcia

Comment avez-vous connu le forum ? : Co-Fondatrice


Nom : Valombre
Prénom : Ashlinn, « Ambrosia »

Classe : Sith
Titre : Dame Noire des Sith

Âge : 28 ans

Genre : Femme
Espèce : Humaine
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle

Lieu de Naissance : Alderaan


Taille : 1,70m
Type de corps : Athlétique

Yeux : Émeraude profond

Peau : Blanche, pâle

Cheveux : Sang
Coiffure : Carré plongeant, mèche de cheveux côté gauche

Signes distinctifs : Maquillage pourpre sur les yeux et la lèvre supérieure ; un triangle de même couleur est sur sa lèvre inférieure.


Faction : Empire Sith
Alignement : Côté Obscur

Capacités : Maîtrise du sabre laser, Contrôle de ses émotions (dissimuler sa présence dans la Force), Bases d'aérokinésie (éclair Sith), Rituels obscurs : méditation (su'cheer), torture mentale, rendre fou..., Télépathie avancée (ressentir les émotions, parasite d'esprit, discussion mentale), Aspire la vitalité d'une personne sur l'instant, Base de combat échani (niv. 6).
Armes : La Force et son double sabre laser (cristal rouge).

Aime : L'histoire et la sorcellerie Sith, lire et parcourir divers Holocrons Sith, être seule dans son propre vaisseau à sillonner la Galaxie, la compagnie de certaines espèces non-humaines et les discussions qui en découle...

Déteste : Les humains (même si elle est humaine), la République et majoritairement tout ce qui s'y rapporte, les discussions stériles...

Psychologie : Observatrice, patiente, digne de confiance (ou pas...), à tendance légèrement protectrice avec les personnes qu'elle apprécie, stratège, fait preuve de sang-froid et préfère réfléchir avant d'agir... en dehors de cela, manipulatrice (comme tout Sith qui se respecte), hautaine, solitaire, froide, ne recule devant rien pour parvenir à ses fins, obstinée, légères tendances sociopathe.


Parents : Roi et reine d’une région d’Alderaan, toujours en vie.
Frères - Soeurs : Fille unique.

Situation relationnelle : Vaguement liée à Darth Scorn, ne se gêne nullement pour flirter avec les deux sexes ici et là quand elle le désire.

Enfants : Aucun (sterile).


Née Ashlinn Valombre au sein de la République, l'enfant n'a pas eu le destin qu'il se devait d'avoir à sa naissance. Pourtant, tout semblait se dérouler pour le mieux en ce sens.  

Issue d'une famille noble d'Alderaan, la coutume était d'envoyer les premiers nés de la famille à la République afin de les former à devenir des Protecteurs de la Paix et, si l'enfant possédait un lien avec la Force, des Jedis avant de revenir sur Alderaan pour devenir le garde du corps personnel de leur frère ou sœur cadet qui serait monté sur le trône, quand bien même cette coutume entrait en contradiction avec le Code des Jedis concernant le non-attachement à la famille. Toujours est-il que deux Chevaliers Jedis se trouvaient sur Alderaan quelques mois après la naissance de la petite à sang-bleue et l’emmenèrent dans la navette devant les mener à Coruscant et ce, sous les malédiction de la mère de l’enfant qui refusait de voir sa fille lui être arrachée de la sorte.  

Ces malédictions se matérialisèrent sous la forme d’un vaisseau de l’Empire. Vaisseau qui intercepta la navette de la République, ne résistant nullement à y lancer un abordage donné par un seul ordre : aucun survivant. Deux Seigneurs Sith – plus exactement des Darth – en étaient les instigateurs. Aucun n’en réchappa, pas même les deux Chevaliers Jedis qui périrent sous l’assaut brutal. Le seul être qui survécut fut l’enfant qui ne pleurait ni ne hurlait dans les bras morts d’un des Jedis. Le Sith le plus âgé, répondant au nom de Darth Elzeärth, intrigué par ce que la Force lui faisait pressentir, choisit de prendre l’enfant avec lui, sous la forte désapprobation de son acolyte. Désapprobation qui coûta la tête de cette dernière. Par la suite, il choisit de nommer l’enfant « Ambrosia ».  

Son emploi du temps – et ses envies – ne lui permettant pas de s’occuper de l’enfant, il la confia à un couple d’esclaves vivant sur une lune proche de Korriban avec la promesse qu’il reviendrait la chercher lorsqu’il l’en jugerait digne. Bien que terrifiés par ce que ce Sith à la peau rouge représentait, ils ne se firent pas prier pour élever la petite comme s’il s’agissait de leur propre fille.  



Dix ans passèrent de la sorte. Ambrosia grandit, la Force présente en elle aussi. Néanmoins, elle se garda bien de le montrer ou même d’en faire part à ses parents. Elle s’entraînait en cachette, exerçant son esprit à manipuler et faire voler des objets sans les toucher, ou même à tuer de malheureuses gerbilles rien que par la force de son esprit en leur brisant la nuque. Elle conserva jalousement son secret. Du moins, jusqu’à l’incident des traqueurs.  

La Lune où elle vivait était parfois le lieu de passe de certaines vermines de la Galaxie. La plupart du temps, certains n’y faisaient qu’une bref halte afin de s’y ravitailler avant de reprendre leur voyage. D’autres fois, certains prenaient un malin plaisir à traquer et capturer des esclaves pour les revendre ensuite dans la Bordure Extérieure au plus offrant. Cela avait été le cas de la mère adoptive d’Ambrosia par le passé, avant que sa route ne croise celle de l’Empire puis de son futur époux. Cela aurait pu être le cas de sa fille adoptive… si celle-ci n’avait pas eu la Force et le Côté Obscur pour armes.  

Voir son père se faire torturer et sa mère frapper sous ses yeux –malgré le fait qu’elle n’avait pas la moindre connaissance du fait qu’elle était une enfant adoptée, considérant ses parents adoptifs comme ses véritables parents – provoqua une violente montée d’adrénaline chez Ambrosia et paradoxalement un calme des plus glaçant et meurtrier. Au sens propre du terme. Aucun traqueur ne fut épargné. Certains se retrouvèrent avec des membres arrachés, d’autres des têtes tranchées quand d'autres encore essayaient de retenir vainement leurs organes internes qui se répandaient sur le sol. Les hurlements de terreur avaient remplacé les rires gras. Puis, ce fut le silence.  

Tous les corps furent brûlés. Toutes les traces, tous les objets de valeur ainsi que tout ce qui pouvait permettre de remonter jusqu’au couple d’esclaves et à leur fille suivirent le même chemin. Personne ne devait savoir ce qui s’était produit. Ce serait leur secret commun. Un secret qui se matérialisa d’une étrange façon chez l’enfant : imprégné par le Côté Obscur, ses cheveux autrefois noirs prirent la teinte définitive du sang.  



Des années plus tard, ce fut une nouvelle  « surprise » qui arriva à la porte du couple et de leur fille adoptive. Un petit contingent de soldats de l’Empire se présenta par une fin d’après-midi. L’épisode des traqueurs était certes révolu mais les cicatrices psychologiques demeuraient profondes et encore bien ancré dans les esprits.  

Ils dirent rechercher une jeune fille nommée « Ambrosia » et ce, sur ordre de Darth Elzeärth, sommant ladite jeune fille de les suivre. Elle refusa. Ils rirent. Ce fut leur première erreur. L’un des soldats s’écroula sur le sol, la nuque brisée. En proie à la peur, les soldats et leur commandant sortirent leurs armes. Ce fut leur seconde erreur. Leurs armes jaillirent hors de leurs mains pour se retourner contre eux et les mettre en joue. Une détonation retentit, un soldat s’écoula. Ambrosia les somma de faire demi-tour, de retourner d’où ils venaient et de l’oublier. Ils refusèrent. La peur fait parfois faire les choses les plus surprenantes à l’être humain… et les plus stupides.  

Terrorisé, un des hommes se rua vers les deux parents pour frapper violemment le père à la mâchoire. Un autre agrippa la mère et menaça de l’égorger si Ambrosia ne cessait pas tout de suite. Ultime erreur.  

Le premier soldat fut envoyé contre l’arbre le plus proche dans un craquement sinistre, sa colonne vertébrale se brisa nette sous le choc. Le second vit son poignard lui échapper des mains, faire volte-face, et perforer la visière de son casque pour s’enfoncer jusqu’à la garde dans son œil en vrillant. La panique gagna le reste des hommes qui ne tardèrent pas à subir le même sort : crânes éclatés, chair rendue à l’état de pulpe… rien ne fut omis. Jusqu’à ce que la mère s’interpose pour arrêter sa fille.  

Ambrosia finit par accepter de suivre les trois soldats survivants dont le commandant. Elle rejoignit ainsi l’Empire et devint l’apprentie de Darth Elzeärth.



Durant plusieurs années, elle suivit l’enseignement de ce Seigneur Noir aux côtés d’autres Apprentis. Certains d’entre eux perdirent la vie, que ce soit lors de missions données par leur Maître ou bien de manière plus « mystérieuse » dirons-nous. Toujours est-il que la formation de l’enfant  qui perdait de son innocence pour devenir femme se poursuivait. Sa soif de connaissance la poussa à s’intéresser aux obscurs secrets de la Force et à la Sorcellerie liée à la Mort et ce, malgré le fait que la jeune femme préférait user de diplomatie sans toutefois hésiter à tuer ses interlocuteurs hormis si ces derniers sont capables de lui servir sur le long terme.

Parvenir à accomplir ses missions n’étaient pas un problème quand bien même elle ne suivait guère les directives de son Maître à la lettre comme sa comparse Apprenti Twi’lek : Ambrosia avait tendance à user de bien plus de subtilités pour arriver aux mêmes résultats.

Les jours comme les semaines et les mois passèrent. La jeune femme prenait de temps à autre des nouvelles de ses parents adoptifs (n’ayant toujours pas découvert ladite adoption, son Maître n’ayant pas jugé bon de lui en faire part). Puis arriva un jour sans la moindre réponse. Elle en laissa passer quelques-uns, puis une semaine, puis deux… avant de finir par désobéir aux ordres de son Maître : elle vola un Chasseur Stellaire et se rendit sur la Lune où elle avait vécu si longtemps. Le spectacle qui l’attendait resta à jamais gravé dans sa mémoire et ouvrit une porte dans son subconscient.

L'odeur de souffre et de chair brûlé était présente dans l'air, le rendant presque irrespirable. Son père avait été crucifié sur une croix en bois, le corps calciné. Un impact de balle se trouvait sur son front, entre ses deux yeux. Quand à sa mère, elle avait été décapitée et son cou sans tête portait des traces de brûlure… comme avec un sabre laser. Des heures plus tard, Darth Elzeärth la trouva à genoux en train de serrer contre sa poitrine la tête maternelle. Un peu plus loin se trouvait le reste du corps de feu sa mère, à moitié dévoré par les charognards et autres prédateurs qui rôdaient dans le coin. Quand à leur demeure, elle avait été complètement brûlée.

Si le Seigneur Noir ne fit pas le moindre mouvement, son Apprenti Twi’lek qui l’avait accompagné trouva là la meilleure opportunité de se débarrasser à jamais de sa rivale humaine. Une impétuosité qu’elle paya de sa vie. Le vrombissement de la lame jaillissant de son fourreau suffit amplement à faire sortir Ambrosia de sa léthargie. Des brides de Force se mirent à courir le long de ses bras pour gagner le sol et venir immobiliser la Twi’lek. Ces mêmes brides glissèrent ensuite pour s'introduire par la bouche, les yeux et le nez de sa victime tels de mortels serpents. Le corps de l’Apprenti se mit à convulser violemment. Une gerbe de sang alla éclabousser l’herbe et les bottes du Seigneur Noir qui ne réagit pas le moins du monde, semblant se délecter littéralement de ce massacre. Le Côté Obscur de la Force détruisait un à un les organes internes de la Twi’lek, lui brisant les os par la même occasion. Le corps désarticulé s’éleva progressivement dans les airs avant d’être définitivement réduit en un amas de chair pulpeuse et de pluie de sang.

Le silence revenu, Darth Elzeärth s’approcha à son tour de son Apprentie survivante. Fait aussi étonnant qu’étrange, il prit la tête décapitée des mains de la jeune femme et alla l’enterrer avec les corps des parents adoptifs. Chose faite, il se retourna vers son Apprentie qui n’avait pas bougé de sa place depuis tout ce temps. Ce n’est que lorsqu’il la prit dans ses bras qu’elle fondit en larmes. Larmes qui finirent par se tarirent. Le Seigneur Sith l’emmena alors dans son vaisseau où elle fut prise en charge par des droïdes médicaux.

Des semaines furent nécessaires pour la sortir de son état catatonique et soigner son état aussi bien physique que psychologique. Durant ce temps, elle apprit de la bouche-même de son Maître que ses parents avaient été tués par des soldats et Jedi de la République. Le venin du Seigneur Noir à l’égard des ennemis de l’Empire se distilla peu à peu dans l’esprit de la jeune femme, et y trouva ses racines.

Ambrosia se remit parfaitement physiquement. Psychologiquement, ce fut une autre histoire. La mort de ses parents adoptifs avait laissé une profonde séquelle en elle. Séquelle qui ne se refermerait sans doute jamais. Sa haine contre la République était incroyable mais n'avait rien à voir avec une haine qui pouvait se traduire sous forme de violence et de mort. Ce fut beaucoup plus subtil que cela. Ce fut un poison. Un poison mortel qu'elle distillait dans l'esprit de ses interlocuteurs, ses victimes, par ses paroles. Instaurer le doute et le mensonge était la clé des Siths. L’Apprentie Sith en maîtrisait les codes et savait comment user de cette forme de manipulation. Les mots étaient sa meilleure des armes. Elle le savait. Elle en usait.



Le point d’orgue de son apprentissage se joua sur Tatooïne. La mission était des plus simples : approcher le Hutt, l'amadouer suffisamment pour qu'il prenne pleinement parti pour l'Empire, quitte à lui faire détester voire haïr les Jedi. Pour cela, quoi de mieux que d’utiliser les charmes d’une femme ? Après tout, les Hutts vivaient et vivent encore dans la débauche et le stupre.

Ambrosia apprit donc les us et coutumes de cette espèce ainsi que la manière d’agir des hors-la-loi. Elle passa un pacte avec une Twi’lek esclave : sa liberté contre son savoir-faire. Cette dernière lui enseigna les rudiments des danses de son peuple, comment se mouvoir comme les reptiles, comment être gracieuse et redoutable, comment regarder… l’attirail parfait pour une arme des plus redoutables. Si elle tenta d’utiliser son Maître comme cobaye de ses charmes, celui-ci ne laissa rien paraître de sa possible sensibilité.

Le jour venu, le Seigneur Sith présenta ainsi « l’esclave » au Hutt en guise de présent. La limace fut des plus réjouis de ce cadeau exotique qui lui changeait de ses concubines actuelles. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on lui présentait une créature à la peau pâle, aux cheveux de sang et aux yeux émeraude. Néanmoins, une certaine appréhension s’était glissée dans l’estomac de la « créature » en question. Non seulement le nom d’emprunt que son Maître lui avait donné et qui n’était nul autre que « Ashlinn » trouvait un écho étrange en elle mais en plus, le Hutt se trouvait déjà en pourparler avec un Maître Jedi et son Padawan. Padawan qui sembla avoir des vus sur le nouveau « cadeau ».

Si les danses de l’Apprenti Sith séduisirent le Hutt, ce furent ses charmes qui firent sombrer l’Apprenti Jedi… et les mena à leur perte, son Maître et lui. Chacun de ses gestes, chacune de ses paroles firent germer le doute et le conduisirent en amoureux transi pour la belle captive. Le jeune homme plaida la cause de la prisonnière auprès de son Maître, le supplia de la libérer, arguant qu’il percevait la Force en elle et que les Jedi pourraient leur offrir protection et savoir. Le Maître de la Lumière ne voulut rien entendre et déclara qu’ils partiraient dès le lendemain, abandonnant les négociations. Ce fut cette nuit ultime qu’Ambrosia choisit pour achever sa danse macabre.

En désespoir de cause, le jeune Padawan avait retrouvé la jeune esclave en cachette. Le reste aurait pu être digne d’un Holovid tant cela paraissait presque surréaliste aux yeux de personnes extérieures.

Darth Elzeärth, qui était resté pour faire progresser les négociations, fut le premier à comprendre et voir au-delà de ce qui en retournait vraiment. En pleine discussion avec le Hutt et le Jedi, un cri résonna dans la nuit. Les portes de la salle du trône s’ouvrirent, une ombre fila vers ses comparses Twi’lek. Ambrosia en larmes, une partie de sa frêle tenue déchirée, et inconsolable dans les bras des deux esclaves. Dans l’encadrement de la porte ouverte, le Padawan blême de terreur, un tissus similaire à la tenue fragile en main.

La fureur du Hutt fut sans pareil. Les Jedis avaient outrepassé son hospitalité. Le Maître Jedi et son Padawan furent arrêtés et exécutés dans les heures qui suivirent sous les yeux de tous. Les corps décapités furent envoyés à la République avec un avertissement en prime. L'Empire venait de gagner un allié de poids, dans tous les sens du terme. Devant le succès de cette mission, Darth Elzeärth troqua le titre d’Apprenti pour celui de Seigneur. Mais ce ne fut pas le seul cadeau qu’il lui fit.



Bien qu’elle fût nommée Seigneur, le titre de « Darth » lui était toujours hors de portée. Du point de vue de son Maître Sith, elle était encore trop jeune et son potentiel - qu'il avait observé il y a de ça plusieurs années maintenant - ne s’était pas encore entièrement révélé. Le périple sur Tatooine était devenu un souvenir lointain. Aux côtés de deux autres apprentis, Ambrosia participa à de nombreuses autres missions mais la lassitude commençait à la gagner. L'ennui, plus exactement. Elle-même décidé d'en faire part à son Maître en privé qui était tombé d'accord là-dessus.

Aussi décida-t-il de l'envoyer en « pèlerinage » sur Korriban afin de voir comment elle évoluerait au contact d'autres Sith, comment elle trouverait sa propre voie. Ils se séparèrent en bons termes non sans avoir longuement discuté, une discussion qui n'avait rien de celle d'un Maître et de son apprenti mais plutôt entre deux amis. Ils parlèrent de tout et de rien, de l'avenir de la Galaxie, de l'Empereur... puis, Darth Elzeärth partit.

Pendant plusieurs semaines et même plusieurs mois, la jeune femme oscilla principalement entre l'Académie de Korriban et Dromund Kaas, explorant la Vallée des Seigneurs Noirs et ses nombreux tombeaux durant des jours ou nouant des contacts à Kaas City. Parfois, elle participait de loin aux nombreux cours données à l'Académie ou de près lorsque certains enseignants l'invitaient à participer physiquement aux cours lors des affrontements contre des élèves et même certains Apprentis de Maître Sith.

Sa route croisa celle de Darth Scorn un jour où elle explorait un des tombeaux de la Vallée. Les deux Sith discutèrent un instant, puis se revirent les jours suivants. Ce fut le Sith qui lui proposa de la prendre comme Apprentie, elle accepta sans discuter et ce, pour de nombreuses raisons personnelles : elle pressentait que Darth Scorn possédait un pouvoir et un savoir au-delà de ce qu'elle pouvait s'attendre à trouver. Quelque chose qui lui permettrait de mener à bien son désir de vengeance envers la République et, au-delà, de vaincre la Mort elle-même.

Ambrosia devint son Apprentie durant cinq ans. À son contact, elle apprit à mieux maîtriser aussi bien la Force dans de nombreuses formes, que son sabre laser et style de combat. Ses connaissances et son savoir s'accrurent. Si elle revit Darth Elzeärth entre-temps ? Bien sûr. Les deux Sith entretinrent une certaine correspondance, comme deux bons amis. Au terme de son apprentissage, elle obtint le titre de « Darth » et fut libre d'explorer le monde par elle-même bien qu'elle garda contact de temps à autre avec Darth Scorn.



Aujourd'hui, elle sillonne la Galaxie tout en forgeant certaines « alliances » selon son bon vouloir pour parvenir lentement mais sûrement à ses fins, se laissant parfois porter à ses propres envies.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Darth Ekath
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy at War - SWTOR :: LES DIVERS DÉPARTEMENTS :: Département de l'Information :: Données de l'Holonet :: Citoyens de l'Empire Sith-
Sauter vers: